Mais c’est qui ? Zemeckis !

Ouaouh ! Quel film ! O.K, j’adore Zemeckis… Suis-je d’ailleurs encore clairvoyant quand ses films souvent remarquables à mes yeux m’ont converti peu à peu en adepte inconditionnel ?

Donc : Quel film ! Mais jetons au diable ce trop plein d’enthousiasme et conjurons-le par des cris de joie : que d’ambition ! d’originalité ! de créativité ! de sensibilité ! de méticulosité ! de rigueur ! d’inventions ! de maîtrise ! de grâce ! d’esthétisme ! de profondeur ! de sens artistique !.. Voilà, ça va mieux. Allez, un dernier : Youpie.

La réalité fournit bien malheureusement la matière première du film : il s’agit d’une histoire tragiquement vraie vécue par Mark Hogancamp. A cet homme revient le mérite premier d’avoir changé un funeste destin en leçon de vie. Restait à lui donner la force d’un message universel : Zemeckis l’a fait.

La scène d’ouverture donne le ton : un avion chasseur essuie des tirs de DCA avant de s’écraser. Il a des allures de jouet et son pilote, un profil de figurine. Mais on y croit car le réalisme est saisissant. Pas de doute : c’est la 2nde guerre mondiale, les méchants sont des nazis et le pilote, le héros. Des poupées, au même corps sculptural de « pépées » comme les appellera le héros, volent à son secours dans un déferlement tonitruant de détonations de mitraillettes. Le décor qui habille l’imaginaire de Mark est posé. Voilà son refuge, créé pour échapper au traumatisme de l’agression qui a dévasté sa mémoire et sa vie passée. Sa vraie vie est ailleurs : on y rencontre en chair et en os les êtres dont on a vu les avatars de plastique.

Le dispositif, magistralement exposé où vont se succéder des aller-retour entre la scène de la réalité et les  coulisses de l’imaginaire est lancé. Il va devenir la source d’une jubilation permanente. Evidemment, les nazis fictifs sont les vrais agresseurs et les « pépées », des amies véritables. Dans l’espace amoral de l’imaginaire, la vengeance peut dès lors s’assouvir dans un déferlement de violence sans limite où les gentils massacrent inlassablement les méchants.

Là, Zemeckis, use de la  motion capture en maître absolu. Le « Pôle express » et la « Légende de Beowulf » déjà mémorables trouvent dans ce film un accomplissement technique proche de la perfection.

Mais cette prouesse technique demeure un moyen : user d’une parabole artistique pour exprimer en langage cinématographique les tréfonds de l’homme. Zemeckis fait un film d’action visuellement éblouissant avec une histoire que d’autres auraient allongée sur un divan de psychanalyste. Tout est dit mais l’éloquence est muette, la profondeur, formelle et l’explication suggérée.

Et les enseignements sont innombrables.

Oui, l’art est une transcendance, un dépassement par lequel l’homme trouve sa grandeur et sa nécessité ! Mais là, on voit un homme sauver sa peau en donnant –littéralement- vie aux poupées qu’il fabrique et photographie.

Oui, la vie s’écrit dans le double langage permanent de la réalité et l’imaginaire où les phantasmes s’écrasent contre le mur de l’expérience et réveillent la conscience ! Mais là, on voit le héros déclarer aveuglément sa flamme avant d’en être consumé et d’ouvrir les yeux sur sa fausse culpabilité.

Oui l’homme porte l’infini à la fois par sa bestialité et sa sensibilité ! Mais là, on voit cinq brutes massacrer à mains nues une sorte d’artiste poète parce qu’il avoue porter des talons hauts pour se rapprocher de la « quintessence » de la femme.

Oui, l’homme est aux prises avec les prisons qui lui sont infligées et la lutte éperdue contre l’enfermement est le prix de la liberté ! Mais là, cette solitude, notre solitude, on la partage. Et on exulte de lui échapper le temps d’un film.

Enfin, oui, un homme peut-être profondément féministe ! Mais là, c’est un chef d’œuvre de Zemeckis.

Vive le cinéma !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *