François Fillon : le syndrome de l’essentialisme divin

Il faut arrêter de traiter François Fillon en être humain comme vous et moi.

François Fillon fait partie de l’élite. Il est le représentant d’une espèce d’être humain supérieure à la nôtre, celle du peuple.

L’appartenance à cette espèce supérieure lui donne des qualités remarquables. Elles expliquent qu’il exerce ce métier d’homme politique, lequel consiste à s’occuper de nous, être inférieurs.

De plus, ces qualités, comme celles de nos anciens rois, sont surhumaines, d’origine divine. Ainsi, François Fillon ne peut-il rendre compte devant la loi humaine car son rôle est de faire cette loi qui s’applique à nous, pas à lui. Allons !

Dès lors, François Fillon règle ses affaires directement avec Dieu. Nous méritons éventuellement ses excuses, son pardon et à nous d’effacer ses fautes (n’a-t-il pas rendu ses costumes, hein ?). Dans son monde règne l’impunité du divin, les fautes ne peuvent pas être punies, elles sont pardonnées. La rédemption, l’absolution lui seront accordées dans le secret de la confession. On n’est pas catholique pratiquant pour rien. Zut !

Donc, il faut laisser François Fillon tranquille ! A moins de lui trancher la tête ? (le vote a remplacé paraît-il la guillotine).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *